Navigation Menu+

1884 – 2014
130 ANS DE LA FONDATION D`UNION CLUB

Voici 130 ans que l’Union club conserve ses nobles traditions.

En 1884, il a été fondé sur le modèle des clubs similaires existant en Europe
occidentale pour rassembler l’élite de Sofia.

Après la Libération, dans le jeune État bulgare commence une vie pleine
d’enthousiasme et de désir de rattraper et, pourquoi pas, de dépasser l’Europe. Sa
capitale commence à se transformer en un centre de l’élite politique et culturelle qui
ressent le besoin de participer à des manifestations mondaines. C’est ainsi qu’en 1884
nait tout naturellement l’idée de créer l’Union club sur le modèle des clubs semblables
en Europe occidentale.

Parmi ses fondateurs figurent les noms du prince Cantacuzène, du baron Corvinus
(officier de garde du prince Battenberg), du prince Ghika, de Kennedy, de Nihad
Pacha, d’Uvaliev, Stoilov, Peligrini, du comte Shime, de Tapchileshtov, du baron Tro
de Vardien, de Tsankov. L’Union club vise à créer une vie de société et de contribuer
à l’établissement de relations personnelles et de relations entre ses membres et les
représentants des missions étrangères et d’autres personnalités étrangères qui se sont
installées dans le pays, de même que des personnalités bulgares admises comme
membres du club. Des 1884 le francais est la langue officielle de l’Union club. Les
fondateurs choisissent un bâtiment situé à l’angle de la rue « Ivan Vazov » et de la
rue « Rakovski », détruit lors des bombardements en janvier 1944. Durant la période
allant de 1944 à 1950, le Club a fonctionné dans l’immeuble du Premier minister
Teodor Teodorov /aujourd’hui restaurant « Krim »/.

Comme tous les clubs réputés existant au monde, l’Union Club possédait un restaurant
qui offrait des plats variés et sains, il disposait d’une salle de lecture, d’un billard et de
salles dans lesquelles étaient organisés des banquets et des fêtes.

En se penchant sur la liste des membres du Club, on a l’impression de découvrir la
carte de l’Europe des époques précédant et suivant la guerre. Nous y découvrons
les noms de représentants remarquables de la politique bulgare et étrangère, de la
diplomatie et des forces armées de presque tous les pays du monde – Romain Gary,
le comte de Varennes, Mustafa Kemal Atatürk, le capitaine Pichon /fondateur de la
flotte maritime bulgare/, le comte Roncalli di Montorio /le futur pape Jean XXIII/,
le prince Sayn-Wittgenstein, le général Racho Petrov, Atanas Burov; le professeur
Alexandre Tsankov, le général Vladimir Stoychev. Le Club s’enorgueillit du fait
qu’Alexandre Malinov, premier ministre de Bulgarie, figurait parmi ses membres et
qu’il était le lieu préféré de Stefan Stambolov.

L’Union Club est fier de sa longue histoire et du rôle de premier ordre qu’il a joué
dans la vie publique de la capitale. Il s’enorgueillit également du prestige de ses
membres, l’élite de Sofia. De sa fondation en 1884 à sa fermeture en 1950, l’Union
Club a maintenu les nobles traditions de la bonne compréhension entre ses membres
appartenant à différentes nationalités et à différentes couches sociales. Il n’existait
nulle part ailleurs un club s’étant transformé d’une façon aussi amicale en un lieu
d’union de ses membres, quels que soient leur nationalité et de leur rang.

C’est la raison pour laquelle après les changements démocratiques s’étant produits en
Bulgarie, en 1990, quelques personnes partageant les mêmes valeurs se sont réunies
pour ressusciter le Club. Son président à partir de 1990 est M. Christo Kourteff. Parmi
les participants à ses réunions figurent Sa Magesté le roi Siméon II, les ambassadeurs
des États-Unis, de France, d’Italie, du Japon, de la République tchèque, de Serbie, de
Croatie, du Soudan, d’Indonésie, de Turquie, d’Argentine, d’Afrique du Sud, des Pays
Bas, de Belgique, du Maroc, d’Algérie, d’Autriche, d’éminents représentants de l’élite
sociale, culturelle et économique du pays, tels que Tsveta Markova, Victor Papazov,

Anastasios Petropoulos, Tsvetan Vasilev, Nikolay Vasilev, Ivan Iskrov et bien
d’autres. Ils perpétuent les nobles traditions du Club. L’une de ses récentes initiatives
hautement appréciées sont les soirées consacrées à différents pays sous le patronnage
de l’Ambassadeur concerne dans les locaux du restaurant Krim pour continuer la
tradition. À part la dégustation des meilleurs plats et boissons en provenance du pays
concerné, ces soirées sont une bonne occasion d’établir des contacts d’affaires et de
mener des conversations. Le Club a signé des accords de réciprocité avec des clubs de
Paris, Berlin, Bruxelles, Barcelone, Londres et d’autres à travers le monde.

Depuis 1884 le francais est la langue officiel de l’ UNION CLUB – SOFIA.